Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
juillet 18, 2019
Pratiquement pas de croissance annuelle pour l’IPM national

L’IPM national a augmenté à un rythme inférieur à l’inflation de 0.5% au cours des 12 derniers mois, soit sa plus faible progression depuis novembre 2009. En outre, le fait que des gains mensuels soient déclarés pour mai et juin ne signifie pas que le marché a récemment opéré un revirement. Ces deux mois sont habituellement ceux où le taux de croissance est le plus fort de l’année. En fait, les deux dernières augmentations figuraient parmi les plus faibles de l’histoire pour les mois de mai et juin. Après correction des effets saisonniers, l’IPM aurait en fait été en baisse au cours des deux derniers mois. Cependant, la faiblesse n’est pas généralisée entre toutes les régions. L’IPM national a été tiré vers le bas par les baisses de prix de maison sur 12 mois dans les regions métropolitaines de l’Ouest canadien (Vancouver, Calgary, Edmonton et Winnipeg) et la hausse minime à Victoria. Au centre et dans l’est du Canada, la croissance des prix
des maisons va d’honorable à forte (graphique de gauche). Cela concorde avec l’état des marchés de la revente de maisons. Par exemple, le marché de Vancouver est devenu favorable aux acheteurs à la fin de l’an dernier alors que celui de Toronto est resté équilibré et que celui de Montréal n’a jamais été aussi tendu depuis 2005. Cela dit, un rebond des ventes de maisons s’est récemment produit au Canada et a aussi été ressenti dans les grandes agglomérations de l’ouest (graphique de droite) ce qui devrait limiter la déflation des prix dans ces régions.

Juillet 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
juin 19, 2019
L’IPM national a augmenté à son rythme le plus lent de ce cycle

Il n’y a pas lieu de se réjouir de la première hausse de prix en sept mois puisque mai est
historiquement le deuxième mois de l’année où les prix augmentent le plus. L’augmentation
de 0.5% représente en effet la plus faible performance relevée à ce jour pour un mois de mai.
Résultat, la croissance annuelle a ralenti à 0.7%, le plus faible rythme depuis la récession
(graphique de gauche). Une combinaison de mesures de test de résistance, de taxes pour les
acheteurs étrangers et des hausses antérieures des taux hypothécaires a contribué au
ralentissement, mais les données récentes révèlent que le marché immobilier canadien se
stabilise. Les ventes de maisons ont augmenté un troisième mois de suite en mai, rebondissant
près de leur moyenne des dix dernières années, ce qui a été possible grâce à l’essor du marché
du travail et à une chute des taux hypothécaires. À Toronto, les prix des appartements et des
autres formes de logement ont reculé en mai, mais la conjoncture du marché de la revente
(graphique de droite) ne laisse pas entrevoir une détérioration importante au cours des
prochains mois particulièrement vu que la RGT a créé le nombre époustouflant de 92K emplois
depuis le début de l’année. Le marché de Vancouver a affiché la plus mauvaise performance
sur une base annuelle de tous les marchés couverts (-4.1%, a/a), mais son marché du travail
tourne très rond en 2019, ce qui pourrait avoir contribué au solide rebond des ventes observé
en mai (+24%).

Juin 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
mai 14, 2019
Le marché de la revente se stabilise-t-il?

L’indice composite de prix de maison Teranet–Banque NationaleMC a de nouveau chuté en avril, mais des signes de stabilisation commencent à se manifester. La baisse de l’indice composé en avril est la plus faible depuis des mois. La baisse cumulative sur sept mois n’est que de 1.8%, ce qui représente une perte modérée comparativement à la récession de 2008-2009 et même comparativement à des séquences plus courtes de repli qui se sont produites depuis (graphique de gauche). Le récent ralentissement de la baisse des prix à l’échelle nationale est en partie attribuable à Toronto, dont l’indice n’a régressé que de 0.2% sur cette période de sept mois. La résilience du marché de la revente de biens immobiliers résidentiels dans la plus grande région urbaine du Canada est due à la performance du segment des copropriétés, dont l’indice a augmenté de 2.1% sur la période (graphique de droite). À en juger par le ratio des inscriptions actives aux ventes, les conditions du marché des appartements en copropriété ont été tendues ces trois dernières années, ce qui laisse penser que la tendance à la hausse des prix des appartements à Toronto ne sera probablement pas interrompue dans un avenir prochain.

Mai 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
avril 12, 2019
L’IPM national chute un sixième mois de suite

En mars, les prix des maisons ont poursuivi leur tendance à la baisse. L’indice composite de prix de maison Teranet–Banque NationaleMC a dérapé un sixième mois de suite, une première en six ans. En outre, en 20 ans d’histoire, c’est la première fois que l’IPM chute pendant un mois de mars en dehors d’une récession. Il y a quelques mois, la faiblesse des prix des maisons était surtout sensible dans les régions métropolitaines le plus à l’ouest. À en juger par la variation sur six mois de l’indice, celle-ci a maintenant gagné neuf des 11 régions comprises dans l’indice composé, Montréal et Halifax étant les exceptions. Si nous prenons aussi en considération les 14 autres régions métropolitaines pour lesquelles l’IPM Teranet-Banque Nationale est compilé (bien qu’elles ne soient pas incluses dans l’indice composé), on constate une augmentation de prix dans seulement six des 25 régions métropolitaines considérées. Cela représente une des plus faibles diffusions des hausses de prix sur six mois en mars depuis que l’indice existe. Les prix des maisons s’adaptent à la récente hausse des taux d’intérêt et au resserrement des règles d’admissibilité à un prêt hypothécaire. Mais faiblesse des prix ne veut pas dire effondrement des prix. À Toronto, le plus grand marché immobilier du Canada, les prix des appartements ont monté pendant 17 mois de suite, alors que les prix des autres types d’habitats n’ont reculé que de 1.4% au cours des six derniers mois. À Vancouver, le marché le plus cher, l’augmentation de l’emploi au rythme de 2.9% au T1 sur une base a/a devrait limiter les nouvelles baisses de prix de maison.

Avril 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
mars 13, 2019
La faiblesse des prix gagne presque toutes les régions

En février, les prix des maisons ont poursuivi leur tendance à la baisse. L’indice composite de prix de maison Teranet – Banque NationaleMC a diminué un cinquième mois de suite (graphique de gauche). En outre, la faiblesse a gagné la plupart des régions. Dans les 11 régions métropolitaines qui composent l’indice composite, une seule (Montréal) a enregistré une hausse de l’indice au cours des six derniers mois. Parmi les 14 autres régions métropolitaines pour lesquelles nous avons un IPM, seules celles de London et de Windsor peuvent en dire autant. Il s’agit de la plus faible diffusion des gains sur six mois en dix ans pour un mois de février (graphique de droite). Les prix des maisons s’adaptent à la récente hausse des taux d’intérêt et au resserrement des règles d’admissibilité à un prêt hypothécaire. Mais faiblesse des prix ne veut pas dire effondrement des prix. À Toronto, le plus important marché immobilier du Canada, les prix des appartements ont monté pendant 16 mois de suite, alors que les prix des autres types de logements n’ont reculé que de 1.2% au cours des six derniers mois. À Vancouver, où l’emploi avait augmenté de 3.1% d’une année à l’autre en février, les ventes de maisons corrigées des effets saisonniers se sont stabilisées au début de l’année, limitant l’ampleur de nouvelles baisses des prix.

Mars 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
février 13, 2019
La faiblesse s’intensifie à Vancouver, Calgary et Edmonton

En janvier, la tendance à la baisse du prix des logements s’est intensifiée dans les trois
principales régions métropolitaines de l’Ouest canadien. Les indices de Vancouver,
Calgary et Edmonton ont prolongé les séquences de mois sans hausse les plus longues
parmi les 11 régions métropolitaines couvertes par l’indice national. Calgary n’a pas
enregistré de hausse depuis sept mois, Vancouver, depuis six et Edmonton, depuis cinq.
Les prix des logements tendaient à la baisse pendant trois des quatre dernières années
à Calgary et à Edmonton alors que Vancouver n’affiche aucune croissance pour la
première fois en six ans (graphique de gauche). À Calgary, le ratio des inscriptions aux
ventes était le plus haut pour un mois de janvier depuis 2014 (graphique de droite) −
l’année de l’effondrement des prix du pétrole. Calgary et Edmonton ont toutes deux un
nombre démesuré de logements neufs vacants et la faiblesse des prix ne se dément pas.
À Vancouver, où les prix des maisons ont fléchi ces derniers mois, la situation semble se
stabiliser. Après correction des effets saisonniers, les ventes de logements à Vancouver
se sont en effet stabilisées comparativement à décembre. Le marché du travail solide
dans le Grand Vancouver, où un nombre record de 72K emplois ont été créés au cours
des six derniers mois, militent en faveur d’un ratio d’inscriptions aux ventes qui se
stabilise et d’une déflation limitée des prix.

février 2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
janvier 14, 2019
Baisses généralisées des prix des logements au T4 2018

Les prix des logements ont fléchi au deuxième semestre de 2018 dans la plupart des
régions métropolitaines qui font partie de l’indice composite de prix de maison Teranet-
Banque Nationale. L’indice de Calgary n’a pas augmenté un sixième mois de suite en
décembre. C’était le cinquième mois sans hausse pour Vancouver et le quatrième pour
Edmonton. La faiblesse est devenue apparente au T4 dans six autres régions
métropolitaines, seules Montréal et Ottawa-Gatineau ayant vu monter le prix des
logements (graphique de gauche). Il s’agit de la plus faible diffusion de gains sur 3 mois
en décembre depuis 2013. Le graphique de droite montre que cette conclusion tient
aussi si on ajoute à l’échantillon 14 autres régions métropolitaines canadiennes pour
lesquelles un IPM Teranet-Banque Nationale existe (mais sans être intégré à l’indice
composé national). L’augmentation des taux hypothécaires et le durcissement des règles
d’admissibilité à un prêt hypothécaire causent un ralentissement de la plupart des grands
marchés résidentiels au Canada. Sur certains marchés, une augmentation récente des
logements neufs vacants ajoute à la pression à la baisse des prix. À ce stade, nous
anticipons toujours un atterrissage en douceur du marché canadien.

janvier_2019

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
décembre 12, 2018
Prix des maisons : Deuxième baisse mensuelle de suite

La faiblesse des prix immobiliers résidentiels dans certaines grandes régions
métropolitaines est reflétée par une deuxième baisse d’affilée de l’indice composé
national. Sur les marchés les plus dispendieux, les nouvelles règles d’admissibilité à un
prêt hypothécaire et la hausse des taux d’intérêt ont nettement refroidi la demande.
Par exemple, Vancouver n’a enregistré aucune hausse de prix des maisons un quatrième
mois de suite en novembre, ce qui lui vaut une perte cumulative de 1.2%. À Toronto, les
prix ont baissé au cours des trois derniers mois, accusant un recul total de 0.4%. Les
marchés étaient également faibles en Alberta, où les prix n’ont pas augmenté un
cinquième mois de suite à Calgary, et un troisième mois de suite à Edmonton (graphique
de gauche), soit des pertes cumulatives de 1.4% et 1.3% respectivement. Le marché de
la revente est cependant vigoureux dans certaines régions au Canada. À Montréal, par
exemple, les ventes de logements atteignent un record jusqu’ici en 2018 (graphique de
droite). Alors que les taux d’intérêt devraient augmenter plus lentement qu’on ne le
pensait, les espoirs d’un atterrissage en douceur du marché canadien de la revente sont
toujours justifiés.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder au rapport complet.

decembre 2018

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
novembre 15, 2018
Les prix des maisons ont chuté en octobre

Les prix de l’immobilier résidentiel donnent des signes de faiblesse à l’échelle nationale
(graphique de gauche), mais le marché est loin d’être homogène. Par exemple,
Vancouver n’a enregistré aucune hausse un troisième mois de suite, ce qui lui vaut une
perte cumulative de 1.2%. En outre, la faiblesse s’est propagée aux logements en
copropriété tout comme aux logements plus dispendieux. Cela concorde avec le fait que
depuis le début de l’année, les ventes de logements ont fortement diminué dans les
deux segments. Pour Toronto, le tableau est contrasté, les prix des logements en
copropriété poursuivant une tendance à la hausse. Montréal se situe à l’autre extrémité
du spectre. La deuxième région métropolitaine du Canada a connu le marché de la
revente de maisons le plus vigoureux des derniers mois (graphique de droite). Alors que
les taux d’intérêt doivent à nouveau augmenter au cours des prochains mois, nous ne
prévoyons pas de hausse marquée des prix des maisons.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder au rapport complet

Novembre 2018

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
septembre 12, 2018
Faiblesse à Toronto et à Vancouver

L’indice composite publié était en hausse en août un cinquième mois de suite, mais ces
progressions ne reflètent que des mouvements habituels en cette période de l’année. En
effet, après correction des effets saisonniers, l’indice composite est resté stationnaire
en août après des baisses de juin et juillet. Ainsi, à l’échelle nationale, le marché
n’affiche certainement pas une vigueur sous-jacente. Cette tendance provient
principalement de Toronto et de Vancouver, les deux plus importants marchés
immobiliers au Canada. À Toronto, l’indice publié affiche une cinquième hausse
mensuelle de suite, mais à l’inverse, son pendant corrigé des effets saisonniers
enregistre sa cinquième contraction consécutive. À Vancouver, l’indice corrigé des effets
saisonniers a baissé un troisième mois de suite (graphique de gauche). En août, l’indice
corrigé des effets saisonniers s’est contracté ou est resté stable dans six des neuf autres
régions métropolitaines couvertes. Cela dit, certaines régions font montre d’une vigueur
sous-jacente, comme à Montréal et Ottawa-Gatineau, dont les indices ont connu
récemment de fortes hausses.

Veuillez cliquer sur le lien ci-dessous pour accéder au rapport complet

septembre 2018