Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
avril 20, 2021
Les prix bondissent de façon importante en mars

L’IPM Teranet-Banque Nationale a bondi de 1,5 % en mars pour atteindre un nouveau sommet, enregistrant une 17e hausse mensuelle consécutive. La récente vigueur coïncide avec des ventes de logements historiquement élevées dans la plupart des régions du Canada, tandis que l’offre est limitée. Quant à lui, l’IPM composite non lissé corrigé des effets saisonniers connaît une vigueur encore plus grande, affichant un saut de 2.7% en mars par rapport au mois précédent, soit la seconde croissance mensuelle la plus forte après celle observée en juillet 2006. Depuis juin 2020, celui-ci a fait un bond notable de 11.9%. L’augmentation rapide des prix des propriétés continue d’être observée dans la vaste majorité des grandes villes canadiennes. En effet, 81 % des 32 marchés couverts par l’indice ont connu une croissance en glissement annuel de 10% ou plus, du jamais vu. Toutefois, l’ampleur de la hausse des prix des propriétés varie selon les catégories de logements. En effet, l’indice pour le segment des appartements dans les principales grandes villes canadiennes a connu une croissance plus faible que celui des maisons individuelles. Cette différence s’explique notamment par un délaissement des petites unités d’habitation dans les centres-villes au profit des propriétés plus grandes situées en banlieue.

avril 2021

Post Category: Rapports mensuels
avril 20, 2021
LA CROISSANCE DES PRIX BONDIT EN MARS

En mars, l’indice composite national de prix de maison Teranet – Banque NationaleMC a crû de 1,5 % comparativement au mois précédent. Il s’agit d’une croissance des prix nettement plus rapide que celle observée en février (0,5 %). Trois régions métropolitaines ont tiré l’indice vers le haut : Halifax (3,3 %), Hamilton (2,8 %) et Toronto (1,9 %). […]

Post Category: Rapports mensuels
mars 17, 2021
LA CROISSANCE DES PRIX S’ACCÉLÈRE EN FÉVRIER

En février, l’indice composite national de prix de maison Teranet – Banque NationaleMC a crû de 0,5 % comparativement au mois précédent. Il s’agit d’une croissance des prix plus rapide que celle observée en janvier, alors qu’elle avait ralenti consécutivement lors des trois mois précédents. Quatre régions métropolitaines ont tiré l’indice vers le haut : Halifax (2,3 […]

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
mars 17, 2021
Les prix augmentent pour un 16ième mois consécutif en février

L’IPM Teranet-Banque Nationale a augmenté de 0,5 % en février pour atteindre un nouveau sommet, enregistrant une 16ième hausse mensuelle consécutive. La récente vigueur coïncide avec des ventes de logements historiquement élevées dans la plupart des régions du Canada, tandis que l’offre est limitée. Résultat, 77 % des 32 marchés couverts par l’indice ont connu une croissance en glissement annuel de 10% ou plus, du jamais vu. Toutefois, l’ampleur de la hausse des prix des propriétés varie selon les catégories de logements. En effet, l’indice pour le segment des appartements dans les principales grandes villes canadiennes a connu une croissance beaucoup plus faible que celui des maisons individuelles. Cette différence s’explique notamment par un délaissement des petites unités d’habitation dans les centres-villes au profit des propriétés plus grandes situées en banlieue. Outre ce changement de préférence induit par la pandémie, il y a lieu de penser que le segment des copropriétés est également affecté par les faibles flux d’immigration et le taux de chômage toujours élevé parmi les jeunes travailleurs.

Mars 2021

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
février 18, 2021
Le prix des maisons à un nouveau sommet en janvier

L’IPM Teranet-Banque Nationale a augmenté de 0,3 % en janvier pour atteindre un nouveau sommet. Ce niveau inégalé coïncide avec des ventes de logements historiquement élevées dans la plupart des régions du Canada, tandis que l’offre est limitée. Depuis juin, l’IPM composite non lissé corrigé des effets saisonniers a fait un bond notable de 7.8%. Par contre, la tendance à la hausse des prix des propriétés ne s’applique pas à toutes les catégories de logements. À Toronto, la hausse des ventes concernait largement les logements individuels en dehors du centre-ville, et non les appartements. Dans le Grand Montréal, on observe une très forte hausse des inscriptions d’appartements en copropriété sur l’île de Montréal, ce qui contraste grandement avec les autres zones géographiques de cette région. À l’instar de Toronto et Montréal, les régions du Grand Vancouver et de Victoria affichent des hausses de prix des logements individuels qui dépassent significativement celles des appartements. Outre un changement de préférence induit par la pandémie, il y a lieu de penser que ce dernier segment est affecté par les faibles flux d’immigration et le taux de chômage toujours élevé parmi les jeunes travailleurs.

février 2021

Post Category: Rapports mensuels
février 18, 2021
LA CROISSANCE DE L’INDICE CONTINUE DE RALENTIR EN JANVIER

En janvier, l’indice composite national de prix de maison Teranet – Banque NationaleMC a crû de 0,3 % comparativement au mois précédent. Cependant, il s’agit du troisième mois consécutif où la croissance de l’indice est moins forte que le mois précédent. Cinq régions métropolitaines ont tiré l’indice vers le haut : Hamilton (2,0 %), Montréal (1,0 %), Victoria (0,6 %), […]

Post Category: Recherche
février 04, 2021
La hausse du prix des logements nuit à l’abordabilité

L’abordabilité du logement s’est améliorée au quatrième trimestre de 2020 au Canada, une troisième fois de suite. Cela dit, l’amélioration ce trimestre était nettement moins impressionnante. La hausse des revenus et les taux d’intérêt à des creux records ont été presque entièrement contrebalancés par une hausse substantielle des prix des logements. En effet, les prix mesurés par l’indice composite national ont augmenté de 4.5% pendant le trimestre, soit leur plus forte hausse mensuelle en 11 ans. Une contraction de 29 points de base de notre taux hypothécaire de référence sur 5 ans a contribué à préserver l’abordabilité du logement ce trimestre, mais le repli de près de 100 points de base des taux depuis le début de la pandémie a sans aucun doute propulsé l’appréciation actuelle des prix des logements. Avec la confluence de ces facteurs, il est certain que l’abordabilité du logement ne s’est jamais aussi bien tenue depuis 2015, mais il y a un autre obstacle pour les acheteurs potentiels. La hausse des prix des logements s’est traduite par une augmentation de la mise de fonds. À l’échelle du
pays, il n’a jamais été aussi difficile d’épargner pour rassembler le minimum de cette somme. En tablant sur un taux d’épargne de 10% du revenu médian total d’un ménage, il lui faudrait maintenant 60 mois (5 ans) pour économiser pour la mise de fonds minimum (environ 6%) sur un logement représentatif. Cependant, puisque les taux d’intérêt ne devraient pas remonter de sitôt, que les campagnes de vaccination connaîtront un retour à la normale et que les conditions sur le marché sont favorables aux vendeurs, les prix des logements devraient continuer de croître en 2021. De ce fait, l’abordabilité devrait se dégrader autant du point de vue du paiement hypothécaire en pourcentage du revenu que du
paiement de la mise de fonds.

Lire le rapport de recherche

Post Category: Nouvelles et Communiqués de presse
janvier 20, 2021
Le prix des maisons poursuit sa hausse en décembre

L’IPM Teranet-Banque Nationale a augmenté de 0,6 % en décembre pour atteindre un nouveau sommet. Ce niveau inégalé coïncide avec des ventes de logements historiquement élevées dans la plupart des régions du Canada tandis que l’offre est limitée. Depuis juillet, l’IPM composite non lissé corrigé des effets saisonniers a fait un bond notable de 6.8%. Cependant, décembre représente un deuxième mois consécutif où la croissance de l’indice est moins forte que le mois précédent. De plus, la tendance à la hausse des prix des propriétés ne s’applique pas à toutes les catégories de logements. À Toronto, la hausse des ventes concernait largement les logements individuels en dehors du centre-ville, et non les appartements. Dans le Grand Montréal, on observe une très forte hausse des inscriptions
d’appartements en copropriété sur l’île de Montréal, ce qui contraste grandement avec les autres zones géographiques de cette région. À l’instar de Toronto et Montréal, les régions du Grand Vancouver et de Victoria affichent des hausses de prix des logements individuels qui dépassent significativement celles des appartements. Outre un changement de préférence induit par la pandémie, il y a lieu de penser
que ce dernier segment est affecté par les faibles flux d’immigration et le taux de chômage toujours élevé parmi les jeunes travailleurs.

janvier 2021

Post Category: Rapports mensuels
janvier 20, 2021
LA CROISSANCE DE L’INDICE RALENTIT EN DÉCEMBRE

En décembre, l’indice composite national de prix de maison Teranet – Banque NationaleMC a crû de 0,6 %, la plus forte hausse pour un mois de décembre depuis 2009. Cependant, décembre représente un deuxième mois consécutif où la croissance de l’indice est moins forte que le mois précédent. Six régions métropolitaines ont tiré l’indice vers le […]

Post Category: Recherche
décembre 22, 2020
L’abordabilité du logement s’est fortement améliorée au T3 2020

L’abordabilité du logement s’est améliorée une deuxième fois consécutive dans les grands centres urbains du Canada au troisième trimestre de 2020. L’augmentation des revenus a aidé au T3, mais l’embellie était surtout due à la diminution des taux d’intérêt. En effet, notre taux hypothécaire de référence (terme de 5 ans) a reculé de 43 points de base au cours du trimestre en raison des mesures d’assouplissement de la banque centrale et de l’amélioration des conditions financières. Ensemble, la progression des revenus et la baisse des taux ont largement suffi à compenser l’augmentation des prix des maisons. Notre taux de référence s’est contracté de 62 points de base depuis le début de la pandémie, mais il s’agissait de la deuxième étape d’une baisse qui avait commencé au début de 2019. De ce fait, l’abordabilité s’est nettement améliorée au Canada, les marchés de Toronto, Montréal et Vancouver étant maintenant à leurs niveaux les plus abordables depuis 2016 et celui de Calgary n’ayant jamais été aussi abordable. Il n’est donc pas étonnant que le marché immobilier résidentiel soit resté dynamique pendant la pandémie jusqu’à présent. À venir, malgré la hausse des prix des logements, l’abordabilité devrait s’améliorer au quatrième trimestre, les acheteurs ayant profité d’une nouvelle baisse des taux d’intérêt hypothécaires (25 points de base jusqu’à présent). L’amélioration de l’abordabilité suffira-t-elle pour éviter un ralentissement marqué du marché immobilier résidentiel en 2021? Comme les mesures extraordinaires de soutien au revenu du gouvernement sont graduellement en train de prendre fin et qu’il ne faut pas compter sur des reports de paiements en 2021, le marché immobilier résidentiel doit se préparer à quelques difficultés dans la mesure où le marché du travail est toujours en phase de relance. L’immigration pourrait elle aussi rester en deçà des objectifs, ce qui se traduirait par une formation de ménages inférieure aux prévisions.

Lire le rapport de recherche