Post Category: Recherche
novembre 15, 2018
L’abordabilité du logement se détériore encore au T3 2018

Au T3, l’abordabilité s’est dégradée dans pas moins de 9 des dix marchés urbains, ce qui
explique la treizième baisse de suite de notre indice composé urbain. Les marchés
immobiliers résidentiels chers comme ceux de Vancouver et de Toronto ont nettement
ralenti en 2018 et les prix des logements ont même baissé au T3 en raison de l’effet combiné
de la hausse des taux (en hausse pour un cinquième trimestre de suite) et des mesures
macroprudentielles. Malgré la baisse des prix des logements, l’abordabilité ne s’est pas
améliorée car les salaires étaient en baisse sur ces marchés (graphique de gauche). Parmi
les centres urbains, c’est à Montréal et Ottawa-Gatineau que la situation s’est le plus
dégradée au cours du trimestre, mais pour d’autres raisons : les prix du logement y ont bondi
respectivement de 2.1% et 2.5% t/t. Ces marchés relativement abordables ne semblent pas
affectés par la hausse des taux d’intérêt et le resserrement des normes de crédit comme en
témoigne l’état du marché de la revente largement favorable aux vendeurs. Sur le plan
national, une partie importante des acheteurs ne peuvent plus aspirer à une maison
individuelle, mais la demande de condos est solide; à preuve, leurs prix ont augmenté de
6.8% au cours de la dernière année (les autres prix ayant stagné). La détérioration de
l’abordabilité a donc été plus prononcée dans ce segment que dans les autres au cours de
chacun des quatre derniers trimestres (graphique de droite).

Novembre 2018

Voir tous les rapports de recherche