Post Category: Recherche
février 12, 2016
Nouvelles économiques – Canada: Légère baisse des prix des maisons en janvier

OPINION : Ce rapport confirme que, dans les régions tributaires du pétrole, les marchés de l’immobilier résidentiel réagissent au ralentissement économique induit par l’effondrement des prix du brut. Les prix ont notamment baissé un quatrième mois de suite à Calgary, accusant un repli cumulatif de 4.4%. Parmi les régions métropolitaines couvertes, seule celle d’Ottawa-Gatineau a connu une aussi mauvaise séquence, avec cinq mois de repli consécutifs de 4.7% au total. Comparativement à Calgary, le marché du travail a moins souffert à Edmonton, et les prix des maisons y ont baissé plus modérément, de 1.7% sur les trois derniers mois. L’indice national a néanmoins monté de 5.9% sur les douze derniers mois, mais cette performance est attribuable à quatre seulement des 11 régions couvertes (Toronto, Hamilton, Vancouver, Victoria). Les prix ont à peine progressé, voire ont baissé dans les autres régions (graphique du milieu). Avec une croissance de la population et de l’emploi dans ces marchés qui excèdera la moyenne nationale dans un avenir prévisible, une correction majeure des prix y est improbable.

Lire le rapport de recherche
Post Category: Recherche
janvier 13, 2016
Les prix des maisons ont augmenté de 6.2% en 2015, avec des contrastes régionaux considérables

OPINION : À l’échelle nationale, les prix des maisons ont connu en 2015 leur plus forte progression depuis quatre ans (graphique du haut), mais quatre marchés régionaux ont produit à eux seuls cette croissance. À l’autre bout du spectre, l’effondrement des cours du pétrole a entraîné une déflation des prix des maisons à Calgary et à Edmonton, tandis que les cinq marchés restants ont affiché de faibles croissances des prix ou des baisses (graphique du milieu). Même à Vancouver et à Toronto, on note une dichotomie des marchés : les prix des copropriétés ont augmenté d’environ 6% en 2015, alors que ceux des autres types de logements ont bondi de 15.8% à Vancouver et de 10.9% à Toronto (graphique du bas). Certains attribuent la situation à Vancouver et à Toronto à la spéculation et à la demande étrangère et non à des facteurs fondamentaux. Ce n’est pas ce que disent les chiffres. Les facteurs fondamentaux jouent bien un rôle à en juger par la croissance de l’emploi ces 12 derniers mois, de pas moins de 4.9% à Toronto et de 4.0% à Vancouver. Pour la suite des choses, la détérioration des conditions économiques au Canada devrait freiner la création d’emplois sur les marchés chauds, alors que le marché de la revente devrait rester faible ailleurs. Dans ces circonstances, nous prévoyons une forte décélération de la croissance de l’indice national en 2016.

Lire le rapport de recherche